Les sourds, le français et la langue des signes

17,00 

L’ouvrage permet de confronter l’acquisition du langage chez l’enfant entendant et chez l’enfant sourd. La perspective en est d’ouvrir à un enseignement instruit du langage auprès des enfants. On trouve ainsi une critique de la grammaire scolaire nourrie de propositions pour la pratique d’une pédagogie de l’apprentissage créatif du langage.

Rupture de stock

Ce livre est le moment initial d’une longue collaboration entre les deux chercheurs. Moment inaugural, il pose les préoccupations de chacun et laisse paraître les points de jointure qui les amènera à l’animation d’un séminaire intitulé Pour une pédagogie de l’apprentissage créatif du langage.
Aujourd’hui, l’enseignement spécialisé est menacé par deux erreurs. La première consiste en une dilution dans l’inclusion scolaire où les savoirs précis sur les handicaps sont parfois, sinon niés, en tout cas non pris en compte. La seconde est à l’inverse l’enfermement dans la spécialisation pour répondre aux obstacles posés par le handicap à la scolarité des élèves.
Les deux chercheurs tracent ici une voie médiane grâce à la confrontation et par la recherche de ce qui est commun aux enfants sourds et aux enfants entendants dans les difficultés rencontrées. C’est ce qui est commun qui peut le mieux permettre d’éclairer la spécificité en vue de poser les jalons honnêtes des modalités d’un apprentissage au sein de l’école actuelle.

Autant dire que les deux chercheurs ne font pas œuvre d’idéologie mais cherchent à s’instruire auprès de ce qui fait obstacle mais aussi auprès des processus propres aux enfants pour construire leur langage. Philippe Séro-Guillaume s’y emploie pour l’enfant sourd, Philippe Geneste pour l’enfant entendant.

L’avantage des deux chercheurs est de s’appuyer sur une pratique enseignante et à laquelle s’ajoute celle d’interprète pour Philippe Séro-Guillaume.

Mais il n’y a de juste position en matière d’apprentissage que de position consciente de ses présupposés épistémologiques. Les deux chercheurs n’éludent pas la question. Ils la posent et c’est l’objet en particulier des premiers chapitres centrés sur les mécanismes généraux de l’apprentissage qui ensuite se diversifient en chapitres portant sur les processus à l’œuvre dans l’acquisition du langage.

Vient ensuite un panorama des travaux consacrés à l’apprentissage du langage chez le jeune sourd, immédiatement confronté à des exemples pratiques. L’ouvrage débouche ainsi sur une présentation des constituants principaux de la langue des signes, la première qui fut faite sous forme d’ouvrage par Philippe Séro-Guillaume.

La question que posent les deux auteurs est alors de savoir si une langue peut être un « objet » d’enseignement. La critique raisonnée de la grammaire scolaire destinée aux entendants d’une part, la critique raisonnée des effets de celle-ci sur l’enseignement de la langue auprès des jeunes sourds, d’autre part, posent la nécessité de penser autrement la question de l’enseignement du langage. Les auteurs, sans le détailler dans ce premier opus de leur œuvre commune, montrent l’importance de partir pour ce faire des mécanismes généraux de l’apprentissage tels que les études constructivistes et de psychologie génétique les ont éclairés.

Inclusion scolaire, interdisciplinarité sont des notions à la mode aujourd’hui. Mais pour leur donner un sens pratique, encore faut-il avoir la patience d’instruire ce sur quoi elles portent, ici, la question de l’apprentissage du langage. Pour ce faire, il faut éclairer la question linguistique nbsp;:
– comment analyser une langue? Qu’est-ce qui se joue dans une langue nbsp;? Quelles sont les modalités propres de chaque langue (le français et la langue des signes) pour la mise en œuvre du système à des fins de discours? Les réponses à ces questions sont essentielles pour la formation des enseignants chargés de l’enseignement linguistique.
– comment l’enfant procède-t-il pour s’approprier le langage nbsp;? Quelles sont les étapes de son développement langagier? Quelles sont en conséquence les connaissances utiles pour suivre cette évolution du langage chez l’enfant nbsp;? A partir de quel âge est-il juste de préconiser un enseignement grammatical? Sur quoi dès lors fonder l’enseignement du français comme celui de la langue des signes?
A toutes ces questions, le présent ouvrage répond en posant les premiers jalons.

Poids 271 g
Dimensions 15 × 21 cm
Date de parution

2014-05-20

Collections & revues

CNFEDS